Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pierre DENIZIOT - Page 2

  • Intervention au Sénat aux Assises "Droits culturels et politiques publiques"

    int senat photo.jpg

    Retrouvez ci-dessous mon intervention au sénat à l'occasion des assises "Droits culturels et politiques publiques" où j'ai développé l'attention de la présidente de la région Ile-de-France, Valérie PECRESSE, pour une politique culturelle inclusive.

    Mesdames Lorin-Desailly et Homo, Monsieur Fertier, les organisateurs de ces assises,

    Monsieur l’adjoint au défenseur des Droits, Cher Patrick Gohet,

    Mesdames, Messieurs les sénateurs,

    Mesdames et messieurs les élus, responsables associatifs,

    Mesdames, Messieurs,

     

    Je suis très heureux de représenter Valérie PECRESSE à cette table ronde  portant sur les « droits culturels et les politiques territoriales ». Notons bien dans l’intitulé de la table ronde que le mot « droits » est au pluriel car plusieurs droits sont attachés à l’accès à la culture notamment pour les personnes en situation de handicap. Je pense à l’accès physique aux salles de spectacle mais aussi au patrimoine, aux bibliothèques etc… C’est aussi le droit à l’accès sensoriel au spectacle vivant, au cinéma, aux expositions, aux concerts. C’est aussi le droit à la pratique culturelle de manière amateur mais aussi pourquoi pas, de manière professionnelle. C’est aussi le droit de bénéficier d’une éduction culturelle adaptée à son âge, son niveau, ses possibilités cognitives, son handicap. C’est aussi le droit de de partager des expériences culturelles avec d’autres qui nous sont différents (valides et personnes handicapées dans le cadre de la mixité) car la notion de vivre ensemble c’est aussi « se cultiver ensemble, s’émouvoir ensemble, admirer ensemble, ressentir ensemble etc… ».

    Cette collection de droits nécessite donc une vision stratégique au niveau des politiques publiques. Une vision stratégique mais aussi transversale. De là, le prisme territorial devrait imposer aux collectivités, quelques soient leur échelon, de développer ce réflexe de la considération du handicap dans l’ensemble de ses domaines de prérogatives. Ce réflexe n’est pas encore systématisé il est vrai. Les communes, les départements, les régions mettent en œuvre des dispositifs spécifiques ou insèrent la considération du handicap dans des dispositifs de droit commun mais il est possible de progresser dans la stratégie systématique et transversale des droits culturels pour des publics spécifiques.

    Les freins qui apparaissent dans l’épanouissement de ce genre de politiques ne sont pas uniquement financiers. La baisse des dotations de l’état et les difficultés financières des collectivités locales sont parfois devenues des excuses à l’absence d’imagination, de réflexion, et d’ambition sur les questions de culture inclusive. Peut-être aussi que plus les marges de manœuvres sont réduites, plus l’opinion publique, les élus, les administrations hiérarchisent leurs actions et leurs efforts. Le risque, dans les périodes que nous vivons, est de considérer que l’accès à la culture ne pèse pas lourd face à l’accès au logement, l’accès à la formation et à l’emploi, l’accès aux transports (pour parler des compétences régionales). Ces Assises, C’est l’occasion, de dire et de redire que la base d’une politique handicap efficiente est d’avoir une politique de développement harmonieux. Harmonieux veut dire ici que les efforts sont partagés de manière homogène. Que serait une politique d’accès à l’emploi et à la formation  des personnes handicapées sans traiter la question des transports et de logement. De même, quelle serait une politique de réduction des fractures territoriales et de luttes contre les discriminations sans œuvrer pour une culture accessible vraiment à tous.

    Pour vous parler un peu plus de la région Ile-De-France, notre ambition culturelle que nous avons présenté le 13 septembre dernier s’intitule « une culture pour tous les franciliens ». L’ambition de la présidente de région, Valérie Pécresse, et de faire de la culture le ciment de notre région. Un ciment pour réparer les fractures territoriales, culturelles, sociologiques d’un territoire de 11 millions d’habitants.

    La tâche n’est pas facile car la région Ile-de-France (comme toutes les régions), peine à s’imposer comme un acteur structurant en matière culturelle. Pourtant, elle a octroyé 83 millions d’euros entre 2010 et 2015. Le constat, c’est que la politique culturelle régionale a longtemps été illisible justement de par l’absence de stratégie véritable en général et pour les publics spécifiques en particulier, par la multiplication des dispositifs et par l’hyper-concentration des aides régionales dans des zones géographiques spécifiques (paris et Seine-Saint-Denis).

     

    La contribution régionale aux droits culturels sera fera avec d’autant plus de force qu’elle pourra s’inscrire dans les dispositifs de droits communs.

    De fait, notre ambition culturelle est une ambition de culture pour tous en luttant contre la désertification culturelle, en veillant à l’équilibrage territorial des aides, en favorisant la mobilité des équipes artistiques. Cette culture qui va au devant des franciliens (et non l’inverse) est selon nous une voie de progrès dans l’accès à la culture notamment des personnes handicapées.

    Mais nous voulons également encourager l’éducation artistique et culturelle dans les structures d’éducation spécialisée du domaine régional. Je pense aux ULIS, EREA et unité spécialisée en CFA.

    De même, nous inscrivons dans notre volonté de développer l’économie et les emplois en IDF à travers notre politique culturelle en y intégrant la dimension handicap.

    Par ailleurs, la région Ile-de-France développe dans sa stratégie de revalorisation du patrimoine la dimension de l’accessibilité.

    Enfin et sans être exhaustif, les situations de handicaps sont prises en considérations dans notre soutien à la création artistique et aux grands événements culturels, dans nos orientations d’attribution de la permanence artistique culturelle, dans nos appels à projets de lutte contre les discriminations.

    Il faut avoir la modestie de reconnaître qu’il reste beaucoup à faire notamment car au-delà d’une plus grande prise en compte, ce sont de nouvelles approches, de nouvelles compétences, un regard renouvelé sur la culture et le handicap qu’il nous faut. Ces assises sont l’occasion de donner corps à ce souci, cette ambition, ce besoin. Je crois à la co-construction de nouvelles voies d’accès aux droits culturels  pour les personnes handicapées avec les pouvoirs publics, le politique, le milieu associatif, les personnes concernées, les professionnels, les familles et biensur les artistes.

    Pour conclure, je dirai qu’en matière d’accès à la culture, la défense de la dignité, la lutte contre les discriminations et notre ambition de faire culture ensemble doivent toujours plus converger vers l’égalité des droits, l’accès, et la participation culturelle des personnes handicapées pour paraphraser l’intitulé de la loi de février 2005.

    Je vous remercie.

  • Mon intervention à Sablé-Sur-Sarthe Famille, Personnes âgées, Handicap

     

    Je suis très heureux de m’exprimer devant vous aujourd’hui.

    Ca y est, nous y sommes. Pour filer la métaphore du sport automobile cher à François Fillon, nous sommes dans la dernière ligne droite de ces primaires. Il n’y aura plus d’arrêt au stand, plus de ravitaillement. Il nous faut accélérer et mobiliser plus que jamais autour de François Fillon.

    Notre candidat a tout simplement le meilleur projet. C’est un projet sérieux, rigoureux, lucide et courageux. Ce projet, il a été élaboré autour de François Fillon en faisant appel à la participation d’élus de terrains, de parlementaires, de personnes issues de la société civile, de membres associatifs, de personnalités qualifiées. Toutes les propositions qui s’y trouvent tracent une méthode et un cap pour œuvrer au redressement de notre pays.

    Alors il nous faut le faire connaitre ce projet auprès des électeurs qui peuvent participer à ces primaires et nous avons tous notre rôle à jouer dans cette entreprise.

    Les médias, les journalistes, les éditorialistes auront leurs thèmes fétiches, leurs sujets favoris. Ils traiteront et interrogerons aussi les candidats sur les phénomènes voir les épiphénomènes médiatiques du moment. Il revient à nous de faire connaître la richesse du programme de François Fillon, l’étendue des sujets qu’il couvre, car le débat médiatique n’en rendra pas suffisamment compte.

    Quel journaliste va interroger François Fillon sur l’entreprenariat, le numérique, l’agriculture, la famille, la dépendance liée à l’âge, le handicap et j’en passe ?

    Ces sujets, rarement évoqués spontanément répondent pourtant à des préoccupations partagés par des millions de nos concitoyens. Ces personnes, qui ne pensent pas encore se déplacer pour les primaires, les personnes qui hésitent, les personnes concernées par ces sujets particuliers doivent savoir que François Fillon non seulement partage leurs préoccupations mais fait des propositions concrètes et étayées.

    Aux personnes préoccupées par le thème de la famille, institution particulièrement malmenée depuis 2012, il faut par exemple faire savoir la volonté de François Fillon, de réécrire la loi Taubira, de lutter contre la GPA, et d’abroger toutes les dispositions anti-familles prises ces dernières années et qui ont durement touchées le budget notamment des classes moyennes.

    Nos aînés, bien souvent oubliés dans le débat politique, doivent connaître les propositions de  François Fillon concernant leur pouvoir d’achat, le financement de la dépendance, le maintien à domicile, le renforcement des dispositifs de répit pour ceux qui accompagnent nos concitoyens touchés par la maladie d’alzheimer ou d’autres pathologies liées à l’âge.

    Comme dernier exemple, je prendrai le thème du handicap. Un thème sur lequel je travaille au quotidien en tant que maire-adjoint à Boulogne-Billancourt et en tant que conseiller régional d’Ile-de-France délégué sur ces questions auprès de Valérie Pécresse et Jérôme Chartier.  12% de la population est directement concernée. Ce pourcentage augmente si l’on y ajoute les familles et amis de personnes en situations de handicap, les professionnels du secteur de la santé et du champ médico-social. Sachons parler à ces personnes. Sachons leur faire savoir que François Fillon fait là encore des propositions concrètes sur ce sujet qui ne sera vraisemblablement traité dans aucun article, aucune émission. Le renforcement de la formation des auxiliaires de vie scolaire, le développement de l’accès à la formation et l’alternance pour les jeunes en situation de handicap, l’application véritable de la loi de 2005, l’encouragement au développement des entreprises adaptées, une véritable politique pour prendre en charge le handicap psychique. Toutes ces mesures, c’est à nous de les faire connaître autour de nous, auprès des personnes concernées. Par le biais des réseaux sociaux sur Twitter et Facebook. Par mail, en envoyant à des amis, des connaissances, des associations locales, des élus, des amis militants. Bref, à toutes les personnes concernées par tel ou tel volet du programme de François Fillon.

     

    Mes chers amis, vous l’avez compris, il va falloir se retrousser les manches, mais pas pour faire jeune, car nous avons du travail pour aller chercher ceux qui ne se sentent pas concernés par la primaire, ceux qui hésitent, ceux qui n’ont pas encore fait leur choix, ceux qui ne connaissent pas la richesse et la diversité des sujets abordés dans le programme de François Fillon.

    J’ai choisi François Fillon car c’est un homme sérieux, lucide, courageux et profondément humain. Ces qualités, elles s’incarnent dans son programme qui donne un cap à notre pays et qui donnent de véritables raisons aux français d’espérer le redressement dont la France a tant besoin. Soyons à ses côtés, déterminés, pour être à la hauteur de ce que méritent les français dans ces primaires, c’est-à-dire un véritable projet d’alternance.

     

    Je vous remercie.

  • Hollande ou le mépris du handicap

    francois-hollande-handicap.jpg

    Le "handicap" est devenu un mot, une notion, totalement tabou sous la présidence de Monsieur Hollande. Lui ou son premier ministre n'y font strictement jamais référence.  
    Aujourd'hui, à l'occasion de sa conférence de presse, le président n'a donc pas évoqué le sujet. Ni les journalistes présents d'ailleurs... 
     
    La réalité du quotidien, c'est pourtant la perception par les personnes concernées (simplement 10 à 15% de la population française) d'un recul de leurs conditions de vie. C'est la perception d'un triste renoncement politique et sociétal pour l'égalité des droits et des chances pour les personnes en situation de handicap. Une perception qui tue l'espoir de milliers de familles.
     
    Monsieur le Président, nous connaissons votre considération pour les sans dents. Nous connaissons désormais aussi, manifestement, votre considération pour les sans jambes, les sans bras, les sans vue, les sans oreilles, les sans totale faculté mentale ou psychique, les sans écoles, les sans foyers, les sans mobilité.
     
    Ce silence devient plus que pesant. Cette inaction devient dramatiquement coupable. Le désir de progrès est oublié, la stagnation n'est même plus espérée, le recul est une réalité vécue, éprouvée, subie. Cette gêne coupable, ce triste manque de courage à évoquer le sujet provoque une colère qui monte. 
     
    A chacun sa vision de la citoyenneté. Je ne partage manifestement pas la vôtre, monsieur le Président, concernant les personnes handicapées. 
     
    Vous les avez oublié. Elles ne vous oublieront pas.
     
     
    nota: j'ai emprunté la photo à planetecampus.com
  • Pierre-Christophe BAGUET réélu maire de Boulogne-Billancourt


    Les 55 membres du nouveau conseil municipal se sont réunis pour la première fois à l’hôtel de ville le vendredi 4 avril à 11h. C’est devant une salle comble et sous de fervents applaudissements que Pierre-Christophe Baguet a été réélu maire de Boulogne-Billancourt, avec 44 voix, soit  l’unanimité des voix du groupe de la majorité. Après avoir fixé à 21 le nombre d’adjoints, le conseil a procédé à leur élection. 

    20140404_123832-1 (3).jpgMe concernant, je suis fier et ému d'avoir été élu maire-adjoint de Boulogne-Billancourt ce matin. Je suis également très heureux de pouvoir continuer l'aventure communautaire étant à nouveau élu conseiller communautaire de GPSO. Je remercie notre maire, Pierre-Christophe BAGUET de sa confiance. Je félicite chaleureusement tous mes collègues de ce nouveau conseil municipal. J'entends donner le meilleur de moi-même pour servir notre ville et les boulonnais aux côtés du maire.

    Les détails de ce premier conseil municipal de la mandature ICI

    Les résultats des élections municipales ICI

     

    Merci aux électeurs boulonnais de leur confiance. Merci à chacun de nos militants qui ont fait une campagne propre, digne, et passionnée pour leur ville, notre ville, BOULOGNE-BILLANCOURT

     

     

  • Dimanche 30 Mars, votez pour une liste 100% Boulonnaise, de large rassemblement et unie pour vous servir

    Bulletin-de-vote-2ème-tour.jpg

    Cliquez sur le bulletin pour le consulter dans le détail

     

    Dimanche, votez Pierre-Christophe BAGUET  Touche 1

  • Pour le Journal des Maires, Boulogne-Billancourt est “sur le podium des villes les mieux gérées de France” !

    Voici un article très intéressant paru dans l'édition de mars du journal des Maires. Le journaliste y revient sur l'excellente gestion financière de la ville. Un article de plus démontrant le sérieux de notre maire, Pierre-Christophe BAGUET, dans sa gestion des deniers publics.

    journal des maires 2.jpg

    cliquez sur l'article pour lire